GALLERIES
        RETOUR
        VERS MENU

        En tant que photographe de mariage, on acquiert avec le temps et la pratique un certain recul sur les évènements, le stress que peut causer cette journée chez les uns, le débordement d’émotions chez les autres. Bref, on absorbe tous ces moments de vie avec ce qu’il faut d’empathie pour capturer tout ça, MAIS de rigueur professionnelle pour rester dans les clous. Et puis parfois, il y a des mariages qui, malgré cette fameuse “expérience”, font que t’as beau vouloir garder la tête froide, bah tu prends quand même une grande claque dans la gueule (pardonnez mon vocabulaire mesdames messieurs, mais c’est la seule expression qui convienne).

        C’est le cas du mariage de Mme A. et Mr J.P… Sur le papier, 2 personnes que je ne connais que par nos quelques échanges pré-wedding, qui me parlent d’un mariage festif, champêtre, qui s’annonce comme j’aime, cool, détendu, sans cadre ultra conventionnel ou traditionnel, une fête entre potes dans la campagne sarthoise. Et puis le jour J, il se passe un truc. Je me retrouve bluffée par ces 2 personnes, prise dans un tourbillon de sincérité, de simplicité et d’émotions pures qui se dégagent d’eux, de leurs potes, de leurs proches et je suis là, à claquer ma larme, à avoir envie de crier “pastèque” (seuls les élus comprendront) et je reste admirative tout en appuyant sur le déclencheur parce que là sous mes yeux, tout est simple, mais tout est beau. Et ça, comme dirait quelqu’un : “je l’ai pas vu venir !”

        Mais attention, on n’a pas fait que pleurer pour Mme A. et Mr J.P. ! La cérémonie a été suivie d’un repas et d’une soirée épique, avec de grands moments de rigolades, de petits craquages, d’amusement. Et je me suis retrouvée là, à 2h30 du matin, sans forcément avoir envie de picoler ou de danser, mais juste à regarder tout le monde et à kiffer.

        Bref pour tout un tas de raisons qui me sont propres, ce mariage je l’ai pas juste vécu comme un mariage, mais comme une espèce de petite aventure humaine, une parenthèse qui a nourri ma vision des choses, de l’union, de l’amour, des copains, de la vie quoi ! Oui je sais, ça parait peut être un peu fort, et j’ai peut être l’air de totalement délirer, mais pourtant c’est vrai. J’ai pris une très belle claque dans ma petite gueule ce jour là.

        Trêve de mots, place aux images, mais avant, un énorme merci – BIG UP – à Mme A., Mr J.P., leurs familles, leurs amis, Ludovic pour cette cérémonie laïque d’anthologie, Blablacar, Victor pour le retour de 4h qui passe en 20min, la caïpirinha, le Volley Ball… Et vive la pastèque !

         

        0 COMMENTS

        LAISSER UN COMMENTAIRE

        Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs requis *

        Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.