GALLERIES
        RETOUR
        VERS MENU

        J’ai envie de dire : ça dépend 🙂 Et c’est justement bien là le problème.

        Avant même de démarrer cet article, je voudrai clarifier la situation : en aucun cas, je ne veux me montrer critique, insultante, cynique, mesquine, ou quoique ce soit d’autre. N’allez pas chercher de sous-entendus là où il n’y en a pas. Si j’écris cet article, c’est avant tout à but didactique. Beaucoup de futurs couples mariés se demandent ce qui justifie de tels écarts de prix entre différents photographes, et c’est juste ce point là que je voudrai tenter d’expliquer avec le plus de pédagogie possible. C’est mon côté ancienne prof de fac qui ressort 😉

        Bref, ça c’était pour poser les bases. Je disais donc : le prix d’un photographe, ça va, ça vient, il y a en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. MAIS POURQUOI DONC ? Pourquoi un photographe va proposer une prestation à 500 euros là où un autre va proposer une prestation à 2000 euros ?

        On entend souvent parler de “panier moyen” ou “d’investissement moyen” pour un photographe de mariage, et je trouve cela ridicule, car comme dans tout service payant, la qualité du suivi ou des produits livrés n’est pas la même, et ça, ça n’entre pas en compte dans un calcul mathématique. Évidemment, comme partout il y a des gens honnêtes et des escrocs, notamment quand il s’agit de faire payer 3000 euros pour un travail lamentable. Mais je vais tâcher de m’en tenir aux raisons purement logiques et contextuelles.

        1- Des cotisations tu paieras… ou pas

        Le premier que je vois, et c’est le sujet qui fâche, c’est le travail non-déclaré. Forcément, quelqu’un qui ne paye aucune charge peut se permettre de casser les prix du marché. Un photographe déclaré, lorsqu’il vous annonce ses prix, ce n’est pas son salaire net. En tant qu’entrepreneur qui paye des charges et des cotisations à l’état, il doit déduire en moyenne 50% du montant annoncé pour avoir son bénéfice net. Donc forcément, quelqu’un qui ne paye pas toutes ses charges peut largement se permettre de brader une prestation. Par contre lui, quand il vous annonce un prix, tout va dans sa poche 🙂

        J’en profite donc pour rappeler que même si le travail non-déclaré a toujours existé et que malheureusement, ça fait partie du jeu, ça reste néanmoins illégal. Savez-vous que vous en tant que client, en embauchant quelqu’un de non-décalré, vous vous exposez également à des poursuites ? Et oui, car le client est tout aussi responsable légalement que celui qui propose ses services. Les contrôles à la sortie des mairies existent, c’est rare, mais cela peut arriver, surtout si votre photographe a été dénoncé. A méditer…

        2- Un statut différent pour un même corps de métier tu proposeras

        Je reste dans les cotisations sociales et tout le tralala. Je me répète, je ne veux jeter la pierre sur personne mais juste avancer des arguments purement fiscaux. Un photographe professionnel, comme dans beaucoup de secteurs, a la possibilité de choisir un statut social différent selon ses besoins, son contexte familial, l’avancée de son business : AE, EIRL, EURL, SARL, autant d’acronymes barbares qui font qu’on pédale dans la choucroute, mais qui auront une conséquence non négligeable sur le prix d’une même prestation. Car selon le statut retenu, votre photographe ne paie pas la même quantité de cotisations, la TVA, les charges fixes, il y a éventuellement des salaires qui entrent en compte. Bref une comptabilité différente, qui entraîne une gestion différente et forcément, une tarification différente. Pour autant, on parle d’une différence de tarification qui peut paraitre négligeable à l’échelle du budget total moyen d’un mariage (variation d’1 à 2% pour un budget moyen de 11800 € selon l’INSEE).

        Après, le talent ne dépend pas d’un statut. Mais ça c’est un autre débat 😉

        3- Ton expérience professionnelle tu valoriseras

        Soyons clairs : on a tous débuté un jour. Quelque soit le métier dont on parle, on a forcément un salaire moindre quand on débute que quand on a 10 ans d’expérience. Et bien pour être photographe de mariage, c’est pareil. Je comprends tout à fait que des photographes débutants pratiquent des prix moins élevés que des confrères plus expérimentés ! Vous vous voyez débourser 2000 euros pour un photographe qui n’a pas ou peu d’expérience dans le mariage ? Gérer un mariage en solo la première fois, c’est une sacrée aventure, et je trouve normal que le risque encouru par les mariés implique des tarifs serrés. Un photographe débutant qui demande 800 ou 900 euros pour ses 5 premiers reportages, ça ne me choque pas. Un photographe qui continue de demander 800-900 euros après une saison complète ça me choque plus (mais là encore tout dépend de la prestation, j’y viendrai ensuite). Donc chers mariés, si vous avez un budget limité, regardez du côté des petits jeunes, vous trouverez peut être un talent brut qui ne demande qu’à être aiguisé. Mais n’oubliez pas que c’est à double tranchant, ça peut très bien se passer si votre photographe est bien formé, a fait plusieurs mariages en second shooter, mais s’il n’a vraiment aucune expérience mariage, soyez prudents ;).

        A l’inverse, certains de mes confrères proposent des prestations à des prix qui s’envolent… mais l’expérience et le talent sont là et bien là, donc il est logique de payer pour la perfection. On paie bien des tarifs différents pour rouler en clio ou en porsche…

        De la même façon, il est question ici de spécialisation. Quand vous payez pour un photographe de mariage, vous payez la prestation de quelqu’un qui a l’habitude des mariages. Vous avez un pote de pote qui fait des supers photos de marmotte tout l’hiver durant et qui vous propose un reportage moitié prix ? Ok. Vous savez que vous êtes des gens, pas des marmottes ? Que vous bougez, riez, évoluez dans des atmosphère différentes tout au long d’une journée, que la gestion de la lumière n’est pas la même, que l’espace n’est pas le même, et donc que votre pote de pote docteur ès Marmota n’est peut être pas équipé pour ce genre de situations et qu’il ne saura pas gérer tous ces paramètres ?

        N’oubliez pas que vous payez AUSSI une expérience, un talent, une qualité artistique, et vu l’éventail des possibilités qui sont induits par ces 3 facteurs, l’éventail de tarifs sera tout aussi diversifié.

        4- Des prestations différentes tu décriras

        Dans ce point je ne vais pas rentrer dans la justification des tarifs des uns et des autres. J’imagine que chacun calcule ses tarifs au plus juste, en fonction de ses charges, du temps de présence le jour J, du temps passé en post production, des produits livrés etc etc… Pour plus de détails sur ce point, je vous renvoie vers l’excellent article d’AlohaFred qui explique parfaitement tous les tenants et les aboutissants sous-jacents à la tarification d’une prestation mariage.

        Je vais tâcher de prendre un exemple bien concret. Toi bride to be, tu es toute contente de te marier, mais tu sais que ton banquier lui, il s’en fout. Il va gentiment te rappeler que non, ton compte en banque, ni celui de tes parents ou de ta famille sur 12 générations, n’est extensible. La contrainte budgétaire va donc être un facteur important dans le choix de tes prestataires.

        Au fil de tes pérégrinations internetistique-pages jaunistiques-boutique du coin istique, tu as le coup de coeur pour 2 photographes dont la sensibilité est proche. Mais là où le premier te demande 800 euros pour être là des cérémonies au vin d’honneur (avec photos de groupes de couple et tutti quanti), l’autre te demande 1500 euros pour la même prestation, les préparatifs en plus. Est-ce que être là pendant 2h de coiffure justifie 700 euros de différence réellement ? Naaaaaaaan. Le choix est vite vu, tu vas partir avec le photographe à 800 euros.

        Sauf que tout ne se joue pas seulement sur le temps de présence. Le photographe à 800 euros te propose un super album avec 50 photos au choix. Le photographe à 1500 par contre te propose un CD haute définition avec 500 photos. Et donc, un vulgaire CD justifie de payer 700 euros en plus ??? ET OUI ! Parce qu’avec ce CD, tu auras non seulement toutes les photos de ton reportage, mais en plus tu pourras en faire ce que tu veux : tu veux pouvoir les utiliser pour faire tes cartes de remerciement ? Tu peux. Tu veux pouvoir tirer le portait de mamie Chantal à 48 exemplaires ? Tu peux. Tu veux pouvoir faire 12 albums différents pour chaque tata ? Tu peux.

        Bref, avec ce CD, tu peux faire tout ce que tu veux à titre privé (car il y aussi des histoires de droit d’auteur, vous allez pas faire une expo publique avec vos photos de mariage par exemple – votre photographe DOIT vous expliquer tout ça) sans avoir à repasser par ton photographe et donc, avoir à payer un supplément.

        Tandis que le photographe à 800 euros ? Il t’a livré un bel album certes, mais tu as été limité à choisir 50 photos de cette belle journée. Tu voudrais pouvoir avoir un portrait de ta mamie en plus : 15 euros en plus. Tu veux un album pour chacun de vos parents : 600 euros en plus. Tu veux des cartes de remerciements ? 3.5 euros / carte en plus (NDLR : je donne des prix au pif pour illustrer mon exemple hein). Au final, avant le mariage, tu as l’impression d’avoir fait une bonne affaire. Mais après le mariage, la note peut continuer de grimper.

        Là j’ai pris un exemple bien concret de 2 modes de fonctionnement très différents, qui sont tous 2 critiquables dans le détail, mais je le redis, ce n’est pas le but de cet article. Ce que je veux faire passer comme message c’est qu’il faut voir au delà du prix annoncé au départ, et penser à bien prendre la tarification de la prestation dans son intégralité. De la même façon, j’aurai pu citer en exemple ceux qui pratiquent un post-traitement léger, un post-traitement poussé, et ceux qui n’en font pas. Ou ceux qui proposent des rdv clients et ceux qui rencontrent leurs mariés pour la première fois le jour du mariage. C’est autant de temps et d’investissement personnel du photographe qui explique sa tarification.

        Voilà à mon sens 4 des principales raisons qui peuvent justifier que les tarifs des photographes soient aussi aléatoires. Choisir un photographe pour son mariage, c’est un investissement, c’est certain, et je comprends que tout le monde ne puisse se permettre de s’offrir une prestation à un montant supérieur à 1500euros. Mais au final, que vous restera-t-il de cette belle journée, si ce n’est des tenues dans un placard, des alliances à vos doigts… et des photos ? Là encore, je ne vais pas rentrer dans le détail et jouer sur la corde sensible, je préfère vous renvoyer vers l’excellent article d’Emilie Iggiotti sur le sujet.

        Dans tous les cas, dites-vous bien que ce tarif est calculé au plus juste (du moins pour les photographes honnêtes), en fonction du service qui vous est proposé, des charges, du temps passé, des produits livrés. Si votre budget est réduit, rien ne vous empêche de faire appel à un débutant ou même de demander quel type de prestation peut vous être proposée pour le montant donc vous disposez. Il vaut mieux avoir de belles photos de couple pour 400 euros qu’un reportage douteux réalisé par un pseudo-photographe du dimanche ou un spécialiste des marmottes 🙂

        5 COMMENTS

        Tout a fait d’accord avec vous.

        Article très bien fait et de ce fait je comprends maintenant ces tarifs assez élevés, mais malheureusement réservés à une clientèle assez aisée.

        Dommage pour moi car j’admire votre travail. Je vais donc me rabattre comme vous le conseillez vers un jeune Photographe qui débute.

        Bonne suite et bon courage et merci encore pour ces belles photos

        Sylvie

        Article très utile! On fait suivre 🙂

        LAISSER UN COMMENTAIRE

        Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs requis *

        Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.